Chantier Etape 3 : Couler un bulbe de plomb de 300kg

Suivez-nous sur Twitter !

     Accroché deux mètres sous la coque au bout du voile de quille, ce bulbe a pour but de contrer l'effet du vent dans les voiles qui fait gîter le bateau. Concrètement sans le bulbe, le bateau se retournerait. Comme cette masse est immergée, c'est un frein pour le bateau. On choisit d'utiliser du plomb (qui est le matériau le plus dense autorisé en Minis 6,50 - ça tombe bien, je ne me voyais pas trop fondre de l'uranium) de façon à ce que le volume correspondant à la masse nécessaire pour que le bateau reste à l'endroit soit le plus faible possible. Toujours dans l'idée de limiter le frein que représente ce volume immergé, sa forme est particulièrement étudiée et ressemble à une ogive.
 

 

 

     Pendant des semaines et des semaines, j'y ai pensé tous les jours. C'est bien simple, mon historique Youtube était devenu le reflet de ma nouvelle obsession du moment. Dans les suggestions automatiques proposés par la plateforme de vidéo : des pêcheurs amateurs fondant leurs lests, des enfants coulant des petits soldats, et même des tutoriels expliquant la meilleure façon de forger des balles pour armes à feu...

     Mais je ne suis toujours pas pêcheur, je n'ai plus le temps de jouer aux petits soldats, et je ne prévois pas de faire un siège de la ville de Pluvigner. Rien ne correspondait vraiment à mon questionnement : comment réussir à fondre 300 kilogrammes de plomb, puis comment le couler dans le moule de plâtre à la forme de mon bulbe de quille ?
 
 
     Un challenge avec trois contraintes principales : budget minimum (pour changer !), faisabilité à domicile, et surtout sans finir aux urgences (cf première contrainte, je ne suis pas suffisamment assuré pour me permettre les pertes humaines). 
 
 
     Si vous êtes arrivés ici par le biais d'une recherche Google (je sais, je l'ai fait avant vous), vous savez que c'est un peu une terra incognita pour qui veut faire son propre bulbe de Mini 6.50. 
Bien sûr, Wikipedia nous a informé un minimum. La température de fusion du plomb est de 327,5 °C. A cela, il faut ajouter en plus de l'antimoine, ce métal qui permet de durcir le mélange, et qui fond pour sa part à 630,6  °C. Rien que ça. Sur la page relative à ce dernier, on apprend également que ce "métalloïde polymorphe, est toxique et cancérigène, tout comme l'arsenic." Il va falloir mettre un masque sérieux et de bons gants...
 
 
     Loin d'être le premier à me lancer dans une telle entreprise, les conseils et retours d'expérience des bricoleurs de la grande famille des "ministes" m'ont bien aidés.
J'ai également eu la chance d'utiliser un moule existant que je n'ai eu qu'à adapter, ce qui m'a fait gagner un temps précieux... Celui-ci est en plâtre, mais ça marche aussi avec du sable ou du béton !
 
 
 
 
Voici ma recette :
 
- Dans un premier temps, mettre le moule à chauffer afin de limiter au maximum le choc thermique au moment où le plomb en fusion viendra le remplir.
- Puis, démarrer un joli brasier. Qui n'a jamais été fasciné par les flammes ? une bonne excuse pour réveiller le pyromane qui sommeille en chacun de nous !
- Installer un demi-bidon en acier (pas trop rouillé si vous voulez éviter les fuites (!)) de manière bien stable sur les parois du foyer (dans mon cas des parpaings, il ne s'agirait pas de renverser la marmite de potion magique !).
- Charger les lingots de plomb dans la gamelle (ne pas oublier d'y ajouter l'antimoine), la recouvrir d'un couvercle et maintenir le foyer actif (faut qu'ça chauffe !).
- Attendre que la soupe soit bien homogène (les 300kg ont fondu en un peu plus de deux heures) et commencer à "écrémer" les impuretés qui flottent en surface (tel le paludier ramasse la fleur de sel à la lousse, pays Guérandais représente !)
- Sortir le moule de son four et l'approcher du lieu du crime.
- Prendre une grande inspiration et ouvrir les vannes !
- Laisser couler jusqu'à ce que les évents débordent avant de laisser le tout redescendre en température...
 
 
 
     Deux enseignements majeurs : la première fois ça se passe rarement comme prévu, donc mieux vaut être entourés d'expérience et de sagesse (de cheveux blancs quoi) !
 
 
 
à bientôt pour le démoulage !

Contact

TY STARTIGENN

Axel TREHIN

154 Avenue du Général de Gaulle

56400 AURAY

06.67.39.06.78

axel.trehin@gmail.com

Dernières Actus

Plus d'info sur

  •    
  •    
  •